Canari : Inventaire du Patrimoine (2016, 96 pages - prix : 20 Euros)



    Située sur la côte occidentale du Cap Corse et dominée à l'est par quelques-uns de ses plus hauts sommets, la commune de Canari s'ouvre sur le golfe de Saint-Florent, les Agriates et la mer Méditerranée. 
Signalée dès l'Antiquité, elle occupe au Moyen-Âge une position majeure en étant à la fois le siège d'une importante piève et l'une des trois seigneuries de la famille Avogari (plus tard Gentile) qui dominait le sud du Cap Corse. C'est l'époque où se structurent sa quinzaine de hameaux (dont trois sont aujourd'hui en ruine).
   Cette situation privilégiée lui vaut d'être en proie aux nombreuses vicissitudes des guerres qui agitent la Corse, tant au XVI° siècle qu'au temps des révoltes contre Gênes au XVIII°, Canari étant l'une des premières communes du Cap Corse à adhérer au gouvernement national de Pascal Paoli.
     Au niveau économique, les habitants produisent un vin recherché jusqu'au Vatican, pratiquant depuis leurs trois marines un commerce actif vers le continent italien et les côtes de l'île. Au XIX° siècle, la culture du cédrat y est particulièrement développée et constitue, avec la navigation, une importante source de revenus pour la population composée de nombreux négociants, marins et capitaines au long cours. Avec la construction des routes, le paysage agricole et villageois se modifie alors vers celui que nous connaissons aujourd'hui.
     Il reste de ce riche passé un important patrimoine architectural et mobilier, dont les principaux éléments sont dévoilés dans le présent ouvrage.